Un lieu dédié aux artistes et aux amoureux des arts

April 27, 2017

Piégon est connu pour sa « Belle vendangeuse » sculptée dans le safre en 1997 par Jean-Pierre Eichenberger. C’est encore à cet amoureux des arts que l’on doit la restauration d’une vielle bastide devenue un centre de culture. Elle se situe un peu plus haut dans Piégon et, de sa belle terrasse, s’ouvre un large panorama sur les Dentelles de Montmirail, la queue du Ventoux, Mirabel et Vinsobres.

Jean-Pierre fonda en 1965 l’association « Le Centre Artistique ». Depuis son décès en 2000, son épouse Sheela et sa fille Claude sont les gardiennes des lieux et les organisatrices des prestations culturelles de l’association. « Notre principale vocation, explique Sheela, c’est l’accueil des artistes et des visiteurs qui apprécient ces lieux et qui aiment les arts ». Beaucoup d’artistes ou de conférenciers séjournent fréquemment dans la Bastide où ils accueillent un fidèle public et apprécient la cuisine de Claude.

Une très large palette

Chaque année, une douzaine d’événements sont proposés au public. Le domaine culturel le plus couvert est celui de la musique. La Chambre des Hirondelles reçoit des solistes, des duettistes et quelquefois de petits groupes d’interprètes. Elle a ainsi accueilli le flûtiste Jacques Zoon, l’un des plus grands de nos jours, accompagné de quatre autres interprètes (son épouse, ses deux fils et le pianiste François Killian). Elle reçoit le pianiste Nima Sarkechik, le duo Quatremer-Barberi et beaucoup de solistes de réputation internationale, écoutés par un public venu souvent de Suisse, d’Angleterre et d’autres pays européens.

A la Musique, il faut associer la danse, notamment avec Aysha Moise (danse indienne), les expositions de peinture, la sculpture avec les œuvres de Yann-Eric Eicheberger, petit fils de Jean-Pierre, le théâtre dont les représentations se font sur la terrasse de la bastide ou dans le théâtre de verdure en contrebas.

La saison hivernale est assez propice aux conférences, dans la Chambre des Hirondelles. Aucun sujet n’est tabou. On entend Monique Iordanoff parler de Françoise Sagan, de la comtesse de Ségur ou de l’importance de la SNCF dans la littérature mais aussi l’ingénieur François Alabrosse expliquer pourquoi la Tour Eiffel tient debout ou décrire les merveilles de l’intelligence animale. Centre culturel, pensez-vous ? On entre vraiment dans une culture encyclopédique et de qualité.

La pédagogie en plus

Le Centre organise plusieurs ateliers chaque année : calligraphie, dentelle aux fuseaux et théâtre. D’éminents professeurs font alors partager leur savoir à de petits groupes d’amateurs. L’atelier de dentelle est conduit par Claude à qui l’on doit également la confection des délicieux buffets proposés à la fin de chaque prestation culturelle. Dans le domaine musical, des « master class » réunissent des solistes harpe et violon.

Marc Boyer

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Une œuvre musicale vivante et hors-norme reliant musique et patrimoine le 23 mai

May 19, 2019

1/2
Please reload

Posts Récents